Bouquin

Le Chessboxing

Triste nouvelle.
Il y a quelques jours à peine, on nous annonçait la mort de Iepe Rubingh.
Ce n’était pas un boxeur connu, mais le créateur du chessboxing.
Né en 2003 et encore très peu connu, le Chessboxing est un dérivé de la boxe anglaise. Il fait le pari de mixer le sport le plus physique et violent au sport le plus cérébral.
Dans « chessboxing » il y a les mots « chess » et « boxing » ; autrement dit « échecs » et « boxe ».
L’association peut paraître assez étrange pourtant il s’agit d’une pratique sportive aujourd’hui bien réelle.

Le Chessboxing qu’est-ce que c’est ?

Les règles du chessboxing sont très simples.
Sur une base des règles officielles de boxe anglaise et du jeu d’échecs, deux adversaires ( les « chessboxeurs ») se retrouvent sur un ring, autour d’un échiquier.
Les adversaires s’affrontent en six rounds d’échecs et cinq de boxe. A l’issu du combat, un vainqueur est désigné par décision de l’arbitre, par K.O, par un échec et mat, etc…
Pour en savoir plus c’est par ici.

Les origines du Chessboxing

La pratique de ce sport est née grâce à un performeur artistique hollandais.
Le têtu Iepe Rubingh tristement décédé d’une crise cardiaque le 8 mai dernier.
Cet artiste a eu un jour l’idée folle de rendre réel un sport fictif crée par l’auteur de B.D à succès : Enki Bilal .

Il s’agit de « Froid Équateur » (paru en 1992 , Éd Casterman) ; un des tomes de la « Trilogie Nikopol ». Une des œuvres les plus célèbres du dessinateur.
L’histoire se déroule dans un monde futuriste. On y découvre un dieu rebelle intervenant dans la vie d’humains sur un fond de science-fiction et de poésie.


A la fin du dernier volet, deux protagonistes vont s’affronter sur un ring aux allures d’échiquier.
L’auteur s’inspire de son père boxeur professionnel, présélectionné aux Jeux Olympiques de 1936.
Se mélange alors au jeu de la stratégie et de la réflexion, celui de la force et de l’élégance.
Un nouveau sport voit le jour.

 « Emporté dans mon délire, je cherchais une sorte de performance sportive… « 

Enki bilal

La pratique mêlant la capacité physique et la concentration aurait pu rester fiction. Mais c’était sans compter la pugnacité du performeur.
Dix ans après la sortie de la B.D, Iepe organise le premier combat de chessboxing. A Amsterdam en premier lui, puis Berlin, Nantes en 2006 et puis très vite, dans d’autres villes.
Aujourd’hui la pratique comptabilise près de 3500 licenciés à travers le monde.

Reconnaissance posthume

Au fil des années le sport prend de l’ampleur et gagne en professionnalisme. Les règles sont davantage codifiées.
Si bien que le dessinateur lui même s’est mis à soutenir le projet.
Il milite aujourd’hui pour que la discipline soit présentée aux prochains J.O.

Ne serait-ce pas là la plus belle des victoires pour Iepe Rubingh et le père d’Enki Bilal ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *