Cinéma

Boxeuses et ciné

Nous revoici pour un troisième volet cinéma.
Après les blockbusters puis les films en noir & blanc, attaquons-nous à ceux mettant en avant la boxe féminine.
Sans grande surprise ils ne sont pas très nombreux. Il faut dire que pendant longtemps les femmes n’avaient rien à faire au milieu d’un ring sauf pour annoncer les prochains rounds. Il en a fallut du temps pour que leur boxe soit considérée et mis en avant.

MARY KOM (2013)

Photo de Pryankca Chopra tirée du film Mary Kom. Un des films que l'on vous recommande pour voir au cinéma des femmes boxer sur le ring.

Aussi, le premier film que l’on vous conseille est un film indien.
Éloigné du genre Bollywood mais avec tout de même la touche indienne en matière d’effets spéciaux et de rythme. Mary Kom vaut le détour. Parce qu’il situe l’histoire dans un pays où la place de la femme est plus que compliqué et qu’il s’agit d’un biopic.
Priyanca Chopra -vu récemment dans la série Quantico- incarne à la perfection la boxeuse médaillée au parcours difficile semés d’embûches.

La vraie Mary Kom aux Championnats du monde 2019 :

En parallèle de ses nouvelles fonctions politiques et toutes les causes qu’elle défend, Mary Kom surnommée « Magnificient Mary » continue les combats en amateur.
En 2019 elle gagne une médaille de bronze aux Championnats du monde, dans la catégorie poids mi-mouches.

DANS LES CORDES 2004

Attention, deux films portent le même nom.
L’un est américain et parle de la relation entre un boxeur et son manager. Tandis que le second vient de chez nous.
Certes « Dans les cordes » met la boxe française à l’honneur, mais le film de Magaly Richard-Serrano mérite le détour. Production sans prétention, Richard Anconina y joue le rôle d’un père, d’un oncle et d’un entraîneur acharné et passionné. L’histoire de deux rivales faisant partie de la même famille, tiraillées entre victoire et jalousie.

DAMBÉ, LA TETE HAUTE 2014

Photo tirée du film Danbé la tête haute. Téléfilm / Cinéma mettant la boxe féminine sur le devant de la scène.

On reste dans le registre « film français » avec ce troisième film ou plutôt téléfilm.
Ce drame familiale raconte l’histoire d’Aya Cissoko championne du monde boxe amateur en 2006. Après plusieurs éventements tragiques, la jeune Aya trouve en la boxe un moyen d’exorciser sa colère. Au départ épanouie dans la boxe française, elle va vite se convertir à l’anglaise ne trouvant pas suffisamment d’adversaires.
Son parcours digne d’une succes story, Aya finira par l’écrire avec l’aide de Marie Desplechin. Danbé gagne le « Grand prix de l’héroïne Madame Figaro ».

Photo d'Aya Cissoko et de Marie Desplechin pour la promotion de leur livre Danbé. Livre qui inspira "Danbé la tête haute", film mettant en avant la boxe féminine. Film, cinéma de boxe féminine.
Marie Desplechin boxe dans une autre catégorie , Valérie Trierweiler , Paris Match |
 Publié le 10/04/2011

J’ai eu du mal à le reconnaître, mais la boxe m’a sauvée. Avec le recul, j’ai réalisé que ça a été un véritable corset pour moi (…)

Aya Cissoko à la question « d’où vient votre envie de boxer? » Florence Le Mehaute

MILLION DOLLAR BABY (2004)

Photo d'Hilary Swank et Clint Eastwood, tirée du film Million Dollar Baby.
Film, cinéma de boxe féminine.

Impossible de parler de la représentation de la boxe féminine au cinéma sans parler de ce film. Tout le monde l’a au moins vu deux fois si ce n’est plus. Et si étonnamment ce n’est pas encore le cas… Et bien il est grand temps.
Million dollar baby raconte la persévérance d’une femme prête à tout pour monter sur le ring. Encore un drame, comme si la boxe n’était que douleur, souffrance et sacrifice. C’est peut-être le cas.
Clint Eastwood à la réalisation nous livre en tout cas un chef d’oeuvre récompensé quatre fois aux Oscars de 2005. Hilary Swank aura eu quant à elle à peine trois mois de préparation pour le rôle et pourtant. On note un avant Million dollar baby et un après. Grâce à elle les adhésions féminines de boxe anglaise ont connu un boum phénoménal.

La liste des films n’est pas exhaustive.
Il en existe encore que nous n’avons pas encore eu l’occasion de regarder mais sûr qu’on prendra le temps.
Le confinement c’est fait pour ça non?
Dans le désordre, Girlfight, LaYuma, Shadow boxing (film-documentaire)…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *